Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 17:56





Le Pavillon du STADE, dans le fond les bureaux de la S.C.I.











Vue d'ensemble du STADE, entrée rue Charles Casterman




     






Entrée rue du stade, coté pavillon. Sur la gauche se trouvait la billetterie



                                                                   





Vue d'ensemble












Tribune d'honneur, 2.000 places assises








                                                                                                     


Entrée principale rue  Charles
 Casterman
coté Crétinier,qui est devenu entrée populaires









Court de TENNIS (2), face au pavillon.











lL


Le BAR du stade, avec vitrines des trophés









La Salle des BILLARDS, à l'intérieur du Pavillon.












La SALLE de RESTAURANT, se situe rue du STADE










La bourloire ( jeu de tradition )












Le STAND de TIR










Le TERRAIN de BASKET + LA CITE FLORIN









La salle de GYMNASTIQUE, se situant dns le pavillon












La piste d'ATHLETISME, face à la tribune
 d'honneur






 





L' équipe de l' E.A.C., vainqueur de la coupe de FRANCE 1933















Le BUREAU du DIRECTOIRE














 Edition Maurice RUCQUOIS, 11 rue de la Teinturerie Crétinier - Carnet de 17 cartes
Wattrelos NORD



















11










Repost 0
Published by cortiste - dans stade
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 19:59
    
 SA CONSTRUCTION REMONTE A 1923.

La conception fut réalisé par l'architecte JACQUELIN. Le terrain ainsi que le drainage furent confiés à la maison Denis-Soudan rue Daubenton Roubaix spécialisée en la matière.

   
Aux dires du petit fils de monsieur Denis, il a en effet retrouvé le dossier concernant la construction du stade, il fut envisagé de CHAUFFER LA PELOUSE. Cela aurait été une première nationale, peut être même mondiale. En cas d'intempéries ( pluies importantes, neige ou gel ) l'état du terrain n'aurait posé aucun problème à l'arbitre. Ceci était tout à fait réalisable par l' intermédiaire de la nourrice de vapeur qui venait de la centrale du peignage et alimentait la lainière.
Rue du stade, le trottoir, coté coopérative et restaurant d' entreprise ( par tous les temps ) restait toujours sec, et pour cause, la conduite passait dans un mini tunnel sous l'emplacement réservé pour les piétons. Pour cela il aurait fallu faire des piquages sur la nourrice afin d' amener la vapeur sous le terrain. Cela ne s'est pas fait, vraisemblablement une question de budget. Ne boudons pas notre plaisir, le stade lui était là et bien là.

Monsieur Albert Prouvost père en fut comme indiqué précedement le promoteur et mécène.Pour notre agglomération c'était l'âge d'or de l'industrie textile, les Prouvost firent de leurs entreprises  un des groupes les plus puissant du monde.
       Trois clubs utilisèrent ces magnifiques installations, à cette époque il faisait parti,  des plus beaux stade de France, soyons même un peu chauvins il était le plus beau. L'honneur de pouvoir fouler sa pelouse le premier revenant au Football Club de Roubaix. Ce dernier fondé en 1902, vit élever le monument à la mémoire de ses morts tombés pour la France durant la première guerre mondiale. Il reste le seul témoignage en cette année 2008 de l'éxistance d'un stade de football pouvant acceuillir 18.000 spectateurs!!  
        Personne ne me fera croire que ce n'est pas sans une arrière pensée, que monsieur Albert Prouvost fit construire ce merveilleux stade aux allures de NAVIRE AMIRAL. A cette période, un autre club roubaisien avait depuis longtemps assis sa notoriété et accumulé nombre de titres et de trophés, je veux parler du RACING CLUB de ROUBAIX qui jouait lui au parc JEAN DUBRULLE, plus bourgeois, il était surtout fréquenté par des hommes au chapeau boule et haut de forme du style assez " Brithist ".
       Les Prouvost ayant  besoin de plusieurs milliers d'ouvrières et d'ouvriers  pour faire tourner leurs machines, firent en sorte que ceux ci trouvent dans un périmètre proche de l'usine ce dont ils avaient besoin, en quelque sorte une VILLE dans la VILLE. C'est ainsi que furent construits des habitations pour cadres, agents de maîtrises et ouvriers au sein d'une cité Amédée Prouvost ( en ce qui concerne la Lainière ), se situant à proximité de l'usine. Furent  également aménagés une coopérative, ainsi qu'une salle de restaurant . Une crèche dans l'entreprise permettait aux jeunes mamans de mettre leurs enfants aux bons soins des infirmières, leurs permettants de reprendre le travail. Les enfants partaient en colonies de vacances.La formation des jeunes se faisant dans le centre d'apprentissage.

                 

  

       Restait les LOISIRS. D'où la construction de ce merveilleux équipement sportif  qu'était le Stade Amédée Prouvost. Avec son pavillon comprenant différentes pièces, particuliérement le Club-House, où les jours de match lorsque ce dernier était terminé, les supporters aimaient se retrouver refaisant à leurs manières, des dizaines de fois, les différentes actions de jeu où la situation avait été brûlante.

        Les jours de victoire, la bière coulait à flots, les drapeaux des différents groupes de supporters s'agitaient en tous sens, c'était la Joie, cette joie intérieure que l'on ne ressent que lors des grands événements. La famille Prouvost l'avait trés bien compris, avait investi énormément d'argent dans la construction dfe ce stade, mais savait également le profit qu'elle en retirerait au prés de ses ouvriers en leur permettant d'aller voir des matches de football contre les équipes des plus grandes villes de France. L'ouvrier fileur où le tisserand avec son maigre salaire  du textile, pouvait par son équipe rivaliser avec n'importe qu'elle corporation, elle représentait toute sa fierté , son honneur. Lorsqu'elle avait gagnée c'est avec un large sourire également plein de ciourage qu'il reprenait ses machines le lundi matin dans l'attente du prochain match.

  C'est pour cela que je dis qu'Albert Prouvost n'avait pas fait contruire ce stade pour le seul Football Club de Roubaix, il avait un autre objectif, une grande équipe de football dans le quartier du Crétinier, ce sera


l' EXCELSIOR ATHLETIC CLUB de ROUBAIX-TOURCOING.


 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by cortiste - dans stade
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 17:47

Lainière de Roubaix l'activité étant située sur la commune de Wattrelos
également ses différentes annexes



1 -  Les batiments des filatures de la Lainière, mise en route en 1912, il y eut à la fusion avec les établissements Masurel plus de 8000 personnes.

2  -  Le pavillon du stade Amédée Prouvost construit en 1923 inauguré en 1927

3  -  La cité Florin dite rangée des 42 ( parce 42 maisons la compose )

4  -  La cité Amédée Prouvost, construite pour le personnel de la firme.

5  -  Emplacement de l' église saint Vincent de Paul

6  -  Voie ferrée Tourcoing - Orchies, passant par la gare du Pile ( Roubaix ). A  l'occasion de certains matches particulièrement les derbies avec Valenciennes, Un train de supporters amenait ces derniers au stade Amédée Prouvost.

L' EMBAUCHE du PERSONNEL :

Contrairement à beaucoup d'usines, où la grande bourgeoisie textile, trés catholique faisait faire ses  embauches par monsieur le curé. Chez les Prouvost une licence de football au C.O.R.T. faisait trés bien l'affaire, j'en suis l'exemple même. A chacun sa méthode.









Repost 0
Published by cortiste - dans stade
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 08:04


CLUB OMNISPORTS












En 1929 à sa création,
au sein de l'E.A.C.
Pas moins de 10 disciplines sportives différentes.
 
De GRANDS DIRIGEANTS également
de GRANDS SPORTIFS marquérent l'histoire du CLUB.

Parmis les SPORTIFS: ( la liste peut être complétée )
 

-  RINK HOKEY, joueur Léon DESRUMAUX capitaine de l'équipe  de FRANCE  nombreuses sélections, habitait rue de l'hopital Wattrelos.                 
                                                                                                                      

-  ATHLETISME, Albert PROUVOST ( fils) spécialité 100 mètres.
                            André WARTEL coureur de demi fond
                            MESEURE coureur de fond.

-  CYCLISME, Etienne TAHON coureur professionnel de l'équipe MERCIER, directeur sportif Antonin MAGNE. Habitait 6 rue Félix Faure Wattrelos                        
Arrivée sur le stade Amédée Prouvost de Paris - Roubaix en 1929.
                                                             
                                                                                                                                                    
                                              
- TENNIS de TABLE,
en double, 1946 vainqueur de la Coupe de France avec     Claude LAMPE et Eugène MANCHISKA.

COUPE de FRANCE 1946

-  BASKET BALL,
Didier DOBBELS

                               Patrick PLATTEAU, tous deux passèrent professionnels et internationaux.

-  FOOTBALL,participation de Jacky BOHEE aux jeux olympiques de Finlande 1952
                       Tant à l' E.A.C. et C.O.R.T. nombreux joueurs sélectionnés en équipe de France, également étrangers dans leurs différents pays.
                       Julien DA RUI sélectionné gardien de but dans l'équipe de l'EUROPE.
Julien Da Rui, Le geste PARFAIT

Les GRANDS PRESIDENT et DIRIGEANTS.

Les PRESIDENTS.



-  1929 Le to
ut premier Président Monsieur Albert PROUVOST ( père ) il céda par la suite son poste  à son fils Albert PROUVOST.


-  1945
Création du C.O.R.T. Monsieur Jacques ROUSSEL devient le 1er Président


-  1970 retour de l' EXCELSIOR ATHLETIC CLUB de ROUBAIX, président  du football, Monsieur Robert VERRUE.


-  1977
Création de ROUBAIX-FOOTBALL, président, Monsieur Antoine MAILLARD


Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 16:47
     Suite à la fusion de l'Excelsior de Tourçoing de Monsieur Charles Tiberghien et du Football club de Roubaix de Albert Prouvost père et fils, ces derniers amenant sur les fonds bâptismaux  le stade Amédée  Prouvost . Le nouveau club fit pour ses débuts en 1929 une entrée  relativement discrète, disputa le championnat de division d'honneur comme le Racing club de  Roubaix, l'U.S.Tourçoing, l'Olympique Lillois etc. C'est en 1932, aprés l'obtention du statut professionnel pour son équipe qu'Albert Prouvost l'étoffa de joueurs chevronnés, tel Marcel Langillier " dit la caille " capitaine de l'équipe de France. Il fit venir des joueuirs anglais : Payne et Bartlett.

   
FANIONS des 2 EQUIPES de ROUBAIX
DISPUTANT la FINALE en 1933








RACING ROUBAIX                                                                                                        EXCELSIOR ROUBAIX TOURCOING

     1933 fut l'année où l' E.A.C. conquit la notoriété, en participant et en gagnant la finale
 de la Coupe de France. Pas devant n'importe quel adversaire, son opposant n'était autre que le Racing de Roubaix; 2 clubs de la même ville, fait unique dans les annales du football français ( en dehors de la région panne ), qui à ce jour ne sait pas encore reproduit. Le score 3 buts à 1 en faveur de l' Excelsior de Roubaix-Tourçoing. Mais ce fut le football roubaisien dans son ensemble qui sortit grand vainqueur de cette confrontation






















LES DEUX CAPITAINES









ELLE EST BIEN ROUBAISIENE



CALENDRIER édité en 1934, par le GRAND ECHO
du NORDde la FRANCE,

devenu VOIX du NORD
METTANT à L'HONNEUR Le FOOTBALL NORDISTE

E.A.C. VAINQUEUR de la COUPE de FRANCE
l'OLYMPIQUE LILLOIS CHAMPION de FRANCE

















Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 12:56
    
Suite à cette victoire en finale de la coupe, Albert P
rouvost rechercha à renforcer l'équipe, il eut  la main particulièrement heureuse lorsqu'il alla en Autriche plus précisément à Vienne il était accompagné d'Edouard Edfrennes qui était un de ses hommres de confiance c'était en septembre 1933. Ils revinrent avec un certain Henri HILTL qui devint rapidement le statège de l'équipe de l' Excelsior, ensuite
du C.O.R.T." L' HOMME au COUP de  PIED MAGIQUE. "
( je n'ai pas eu l' occasion de le connaitre en temps que joueur, je l'ai rencontré alors qu'il était retourné habiter à Merlebach. Il était revenu chez son ami Jean Sésember c'était au mois de novembre, nous faisions comme tous les ans les fférents cimetières où nos amis étaient enterrés. L'année? vers 1980. Nous étions avec Maître Antoine Maillard le président de Roubaix Football et QUEL PRESIDENT.... Henri HILTL m'a fait énorme impression, calme pondéré, attentif à l'écoute du plus petit, lui qui fut international Autrichien, Français l'un des plus grands joueurs de cette époque 1935-1950 était au milieu de nous dans un café du Crétinier à Wattrelos tout prés du lieu de ses exploits le STADE AMEDEE PROUVOST.) Ce fut pour moi un grand moment.


HENRI HILTL

 
Dans une conversation avec Jacques LEENAERT " SURNOMME la GAZELLE "
iI me disait, il est facile de jouer avec Henri, il avait le ballon au centre du terrain criait Jacques, je fonçais droit devant face au but, le ballon me tombait dans les pieds et n'avais plus qu'à le pousser dans le but. Cela peut paraitre simple mais qui a joué au football sait très bien que cela représente des heures de répétitions à l'entrainement.




GROUPEMENT des CLUBS AUTORISES
FEDERATION FRANCAISE de FOOTBALL
BRELOQUE REMISE à Henry HILTL
pour son titre de CHAMPION de FRANCE
avec le C.O.R.T. en 1947.

Il remit sa médaille à Pierre MICHELIN, qui avant de partir avec son épouse habiter Mèze,
me l'a donna pour mon travail effectué afin qu'il reste quelque chose de cette glorieuse époque.
Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 12:55
   

     L' Excelsior avait acquis ces lettres de noblesse, un public de plus en plus nombreux vint le voir évoluer au Stade Amédée Prouvost.   C' est en 1935 que sera construite la tribune des premières "DEBOUT COUVERTES " qui pouvait contenir 9.000 spectateurs. Elle se situait parallèlement à la rue Méribel. En places couvertes il était possible d'acceuillir 11.000 spectateurs. Suivra la construction des " POPULAIRES " derrière le but côté rue Casterman, l'accés se faisait par cette voie. Non couverte cette nouvelle  tribune contenait 7.000 spectateurs, portant à 18.000 le nombre de places dans le stade. L'adjonction de chaises de piste, ainsi que des gradins face au tennis permettait d'atteindre le chiffre de 20.000 spectateurs. ( qui ne fut jamais atteint )
Schèma implantation des tribunes

     Au dessus de la tribune centrale figurent les drapeaux des clubs de première division, dans l'ordre du classement général.






Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 15:10
Nous sommes fin des années 1930, les événements se précipitent, annexion par l'Allemagne de l' Autriche; invasion de la Pologne; aprés l'attaque contre les pays nordiques, ce sont les Pays Bas et la Belgique qui sont occupés Dans tout ce fracas d'armes de feu et de sang, notre STADE er nos ATHLETES se TROUVENT bien démunis, mais l'E.A.C. continuera d'éxister. Le bruit des bottes se fait de plus en plus menaçant. Mai 1940 ils sont là, nous npus retrouvons dans la zone dite " interdite ", comprenant les 2 départements du Nord et Pas de Calais. Qu'importe, ne sommes nous pas la région qui possède le plus de clubs de haut niveau,
 également les principaux centres de formation chez les jeunes.
Un championnat amateur est donc créé, avec des joueurs un peu différents de ceux que nous avons pour habitude de voir évoluer, la plupart ayant été rapellés sous les drapeaux. Les équipes de Fives, Valenciennes, Arras, Lens, Roubaix y participent.


Cela dure plus de 4 ans, en septembre 1944 arrive le bout du tunnel, la vie reprend peu à peu ses droits, une plaque commémorative s'ajoute au monument aux morts du football club de Roubaix, à nos chers disparus de 1940 à 1945.
Le stade Amédée Prouvost reprend ses activités, l'équipe de l' Excelsior athlétic club se façonne au fur à mesure des retours. C' est à la fin de la saison 1944/1945, à l'instigation d' Albert Prouvost ( Fils ), vraisemblablement pour contrecarrer l'appétit grandissant du L.O.S.C., appelation du nouveau club lillois, né de la fusion de l'olympique lillois et du sporting club fivois. La nouvelle tombe le 23 septembre 1944, Lille aura un seul grand club en première division le L.O.S.C. Lille Olympique Sporting Club.
Du coté du Crétinier cette fusion donne des idées à Albert Prouvost, Roubaix Tourçoing désirant également une grande équipe. Sous son impulsion un trio de trois hommes, lui même de l'Excelsior, Georges Verriest du Racing de Roubaix et Charles Vandeweegate de l' Union Sportive de Tourçoing se réunissent. Finissent par trouver un accord au niveau des équipes premières, les jeunes concervant leur identité au sein des trois clubs. il est convenu que la premiçre année les matchs se dérouleraient à tour de rôle sur chacun des trois terrains. Le parc Jean Dubrulle, le stade Fromentin, le stade Amédée Prouvost. Restait à trouver ce qui n'est pas toujours le plus facile le nom de la nouvelle équipe. Chacun dans cette situation priant pour sa" chapelle ". Fut proposé " F.O.R.T.", foorball olympique de Roubaix Tourçoing le mot FORT sembla quelque peu présomptyeux et donnerait l'occasion de faire " jaser ". Le mot football fut remplacé par le mot club , c'est ainsi qu'est né le :




C.O.R.T..

Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 07:30
Le CLUB OLYMPIQUE
ROUBAIX TOURCOING


Le  C.O.R.T.

l' ENFANT CHERI du PUBLIC ROUBAISIEN.

Monsieur Albert " PROUVOST Fils ( ce dernier ayant remplacé son père) nous donne dans le LIVRE D'OR du C.O.R.T. les raisons et motivations qui ont amenées les 3 clubs à fusionner.
    
" Il nous a semblé utile que ceux qui parcourent ces pages, dédiées aux hommes qui ont fait le C.O.R.T. joueurs où dirigeants, n'y retrouvent pas seulement l'enthousiasme de succés récents et retentissants, mais puissent aussi connaître les moments difficiles que nous avons vécus, il y a 2 ans 1/2 ( le livre fut écri en 1947 après le titre de champion de France).
     Juin 1945....la guerre était à peine terminée. Nos jeunes venaient seulement de retrouver, après cinq années de dangers et d'épreuves, les joies du foyer. Le sport du " ballon rond " recommençait à tenter leurs muscles et leur esprit.
     Puisque rien ne subsistait désormais des efforts réalisés depuis plus de cinquante ans sur le plan du football à Roubaix Tourçoing... pas même les rivalités passées, ils nous a semblé que nous avions le devoir de " faire du neuf ".  Nous avons donc repris le rêve caressé jadis d'unir les efforts de tous ceux qui, dans nos deux villes, avaient travaillé dans le but de veiller à la santé de la jeunesse, avec le désir, en même temps, de lutter pour le plus grand renom d'un club où d'une ville.
     Le RACING, l' EXCELSIOR de ROUBAIX, la VIEILLE UNION de TOURCOING se remirent au travail en vue de la tâche ardue mais essentielle de la formation physique de ces jeunes garçons : pupilles, minimes, cadets, juniors, chez lesquels l'esprit de compétition engendre l'ambition si normale de devenir un jour de jeunes champions : " celui qui aura son portrait dans le journal "
Et l'on comprend ainsi que l'oeuvre entreprise par les trois grands clubs en particulier, aurait été incomplète si elle n'avait pas été couronnée par la formation de l' " EQUIPE VEDETTE ", point de mire de ces jeunes Roubaisiens et Tourquennois, et spectacle qui agrémenterait les loisirs de leurs ainés.
(Extrait du livre d'or du C.O.R.T.)

     Il est à noter : que la fusion fut faite exclusivement au niveau des  équipes premières, les différentes section jeunes gardaient leur  indépendance.
Egalement, la première saison les matchs à domicile auraient lieu par tour sur les terrains : Parc Jean DUBRULLE, Stade FROMENTIN, Stade Amédée PROUVOST.  A compter de la saison 1945/46 seul le Stade Amédée PROUVOST serait utilisé.


Ecusson du C.O.R.T. constitué à droite du  demi écusson de la ville de Tourçoing, à gauche de la moitié de celui de la ville de Roubaix.

  Les REPRESENTANTS DES 3 CLUBS QUI
CREERENT le C.O.R.T.


R.FRANCOIS-R. NYS-J.SOURIS-G.VANTORRE-A.FERRET
R.C.R.     R.C.R.  R.C.R.     U.S.T.      U.S.T..
P.BRUN-R.MASUREL-E.BUBBE-L.GUELTON-F.LERO
       Dir. SPOR.    R.C.R.    E.A.C.     E.A.C.   E.A.C.
   J.MERESSE-J.ROUSSEL-Ch.VANDEWEEGAETE-A.PROUVOST
R.C.R.        C.O.R.T              U.S.T.           C.O.R.T
RESORIER -             PRESIDENT-              Vice PRESIDENT -       PRESIDENT HONNEUR 
        
  

                                           Le premier président fut Jacques Roussel, avec en " filigrame " Albert Prouvost qui participa activement à la création du nouveau comité.


Monsieur Pierre Brun
venant de LILLE- FLANDRES
Directeur Sportif du C.O.R.T.
 Homme de bon sens,
judicieux dans son recrutement




Lorsque le petit nouveau arriva, nous étions en juin de l'année 1945, il fallait faire très vite pour constituer une équipe homogène. C' est ce qsue le vice président chargé du recrutement, Georges Verriest fit en prenant comme directeur sportif Pierre Brun, né à Bordeaux, peu connu dans le monde du ballon rond de notre région, mais homme intelligent et de bon sens. Son premir travail, connaissant le différent du gardien de but du L.O.C.S.  avec ses dirigeants, sera de le recruter et de le faire signer à Roubaix. Ce dernier n'est autre que Julien Da RUI,  gardien de but de l'équipe de France. Les stuctures sont faites pour recevoir une grande équipe. Viennent donc maintenant les hommes qui la formeront. L'objectif fixé par les dirigeants pour leur première saison, est de terminer dans la première moitié du championnat, plaçant la barre très haute pour la suite: " DANS 3 ANS NOUS SERONS CHAMPION "

  Le bateau prit donc la mer en 1945

     L' équipe avec Da Rui comme portier, était assurée de prendre un minimum de but, d' en marquer quelques uns sur coup franc avec le coup de pied magique de l'ex Viennois monsieur Henri Hiltl. Est ce que cela sera suffisant pour conserver sa place dans ce championnat où évoluent des équipes expérimentérs et chevronnées ???. Pierre Brun le rugbyman qui s'y connaissait en homme, jugeat bnon de faire venir, le toulousain Jelinek, le robuste Levandowski, et Grava dont la puissance n'avait d'égale que sa volonté à transpercer les défenses adverses. Déruelle complétant le trio. Ce derenier venu en tant que remplaçant, gagna sa place de titulaire, et ne quitta pour ainsi dire plus l'équipe première.


         Pierre Brun au gouvernail, Winckelmans sur le pont avec son équipe de mousaillons, il avait fière allure ce navire. Bien que certaines mauvaises langues prédisaient l'échouage du bateau pour la fin du championnat. La commanderie était plus raisonnable, demandant pour cette première expédition vue la flottille des engagés, une place dans les douze premiers. Les moussaillons au fil des matchs s'aguerrirent, devinrent de vrais matelots, affrontèrent nombre de tempêtes, finirent par arriver au port. Avant eux deux navires : pour leur première saison 1945/1946 le C.O.R.T. terminait troisième du championnat de France de football.

Au STADE AMEDEE PROUVOST NOUS S'AVIONS RECEVOIR.
En effet l'or de chaque rencontre que le C.O.R.T.faisait à domicile,
l'EQUIPE VISITEUSE RECEVAIT DE CHAQUE JOUEUR un paquet CADEAU, COMPRENANT les produits fabriqués par les ETABLISSEMENTS PROUVOS, PELOTES de LAINE PINGOUIN
CHAUSSETTES STEMM, ETC.

Dans le cas présent, Jacques DELEPAUT et Jacques LEENAERT
OFFRENT AUX JOUEURS du RACING CLUB de PARIS
le cadeau, qui semble d'ailleurs leurs fairent PLAISIR.








                     




Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 15:43
LES 4 MOUSQUETAIRES à la TÊTE DU CLUB

Julien Da RUI - WINCKELMANS - Pierre BRUN - Henri HILTL
En grande discussion face au pavillon du Stade Amédée PROUVOST.
Ces 4 HOMMES d'une extrême rigueur apportèrent à leur SUPPORTERS LE CADEAU SUPRÊME.
LE TITRE de CHAMPION de CHAMPION de FRANCE.

     Pierre Brun renforça son équipe avec Jerusalem et l'international Leduc.

      Etait ce une équipe de mercenaires ? et bien non, figurait dans les joueurs suceptibles de jouer en équipe première nombre de  jeunes formaient dans notre région, tel : l' entraineur Winckelmans dit " l'juteux ", Stricane tous deux de Lambersaacrt; Jacques Leeneart Roubaix; Haroux Wattrelos; Dubois, Deruelle, Maes, Lefebvre, Tourçoing également Delepaut; auxquels vinrent s'ajouter des joueurs provenant de l'immigration polonaise; Urbaniak et Levandowski de Calonne-Ricouart; Laczny ( dit Staho ) de Waziers; Sumera Avion. il faut bien reconnaitre que de tous temps notre région Nord Pas-de-Calais, plus pariculièrement en ce qui nous concerne le versant Nord Est de la métropole Lilloise, fut un vivier de jeunes et talentueux footballeurs, il est vrai que les aînés montraient l'exemple, comme le disait si justement Albert Prouvost, dans tout club l' équipe première est la locomotive que chaque jeune veut atteindre, plus la barre est haute, plus l'effort est important.
     Cette saison 1946/1947 année du sacre de champion de France pour le C.O.R.T., fut, du supporters au président en passant par les joueurs jusqu'au dernier match, une épreuve terrible pour le coeur et les nerfs. La dernière rencontre contre Le Havre au stade Amédée Prouvost rien n'était fait. Le stade de Reims se trouvait à 2 points, une certitude IL FALLAIT GAGNER . C'est dans ces moments là que l'on perd son football, que la passe facile va à l'adversaire, que la motte de terre nous est néfaste, bref rien ne va, le doute s'installe. 
là arrive le coup de génie que l'on ne trouve que chez le joueur d'exception, le maître, en l'occurence Monsieur Henri HILTL. en début de seconde période, d'une passe magistrale met sur orbite Roger Grava ce dernier ne se pose pas de question il catapulte le ballon dans les filets Havrais. Le score en reste là, c'en est fini.


Le C.O.R.T.

est CHAMPION de FRANCE










Repost 0
Published by cortiste - dans SPORTS
commenter cet article

Prouvost À Wattrelos

  • : Wattrelos - Histoire du stade Amédée PROUVOST
  • Wattrelos - Histoire du stade Amédée PROUVOST
  • : travail de mémoire, sauvegarde du patrimoine malheureusement disparu, il restera ce blog + un monument aux Morts, bien que la plaque à la mémoire des morts en 1940/45 soit disparue ???
  • Contact

Recherche